Championnat de France Cadet Espoir

Les Championnats de France Cadet Espoir se déroulaient à Montpellier. Une petite délégation de 3 combattants représentait l'ASSM TKD pour cette manifestation emblématique.

Inutile de préciser que le niveau général est très relevé car bon nombre des têtes de série évoluent déjà en équipe de France à cet age, notamment en espoir, une catégorie récente qui permet aux juniors et jeunes séniors (-21 ans) de se préparer à combattre chez les seniors.

Quelques 550 combattants allaient s'opposer durant tout le week-end pour tenter de remporter le titre tant convoité de Champion de France.

La pression monte à l'approche du quart de finale qui, si Melvin le remporte, lui permettrait de renouveler l'exploit de la saison précédente où il avait fini 3ème de sa catégorie. Mais le combat s'annonce très difficile vu les compétences de son futur adversaire qui a balayé ses opposants lors des tours préliminaires.
Kizul Ramdam, l'homme aux 2 pitaines gauches (comprenne qui pourra!), veut rentrer dans la légende en mettant le petit orteil sur le podium national et malgré la fougue liée à ses 20 ans... il va encore une fois trébucher juste en bas de ce maudit podium.
Quel week-end pour notre Mimie !!! Après avoir été sacrée la semaine dernière Championne d'Aquitaine en -53kg, elle fait un régime draconien pour combattre en -49kg lors des Championnats de France.
L'ASSM TKD ramène une nouvelle médaille nationale : une médaille de bronze qui pèse très lourd dans cette catégorie espoir si difficile... C'est d'ailleurs la seule médaille espoir de l'Aquitaine.
Melvin.jpg
Kizoul.jpg
Panorama-france-2012.jpg
mimi--49.jpg
Championnat de France cadets espoirs
14-15 Janvier
Le combat débute et Melvin prend facilement l'avantage grâce à des frappes puissantes et précises sur le plastron électronique de son adversaire pourtant très combattif. Le deuxième round se déroule dans le prolongement du premier : Melvin creuse l'écart en portant un puissant Dolyo Tchagui sur le visage de son adversaire. 

il peut alors se contenter de gérer son avance sans faire d'erreur lors du 3ème round : le score final est de 10 à 1 en faveur du guerrier de l'ASSM TKD.
Le tirage au sort est favorable à Melvin qui passe un tour sans combattre. Il doit affronter un combattant de la ligue centre au 2ème tour.
Le combat commence : l'adversaire de Melvin prend l'avantage mais commet pas mal d'erreurs sous la pression qu'exerce Melvin... Il va jusqu'à se mettre en difficulté en récoltant beaucoup d'avertissements à cause de chutes incessantes et de sorties de l'aire de combat si bien qu'il aborde le 3ème round avec 2 points d'avance et 3.5 points de pénalité.
Melvin est vraiment au top dans cette catégorie... Le staff a la conviction qu'il pourra de nouveau accéder au podium national en continuant un travail assidu et régulier à l'entraînement.
L'obtention d'un avertissement supplémentaire entraînerait sa disqualification automatique mais l'arbitre central ne voudra jamais prendre la décision d'éliminer cet excellent combattant bien que ce dernier lui en ait donné les raisons à de multiples reprises. Melvin doit s'incliner sur un score de 5 à 7 face au futur champion de France.
Le premier combat et certainement le plus stressant est la pesée qui se déroule le samedi à 15h30 pendant la compétition des cadets. Emilie n'a presque rien avalé depuis la veille  et ne sait pas si cela sera suffisant pour lui permettre de combattre.
mimi-0.jpg
ème
3
La pesée commence et c'est le drame : Mimie doit perdre 600g en une heure pour éviter la disqualification. S'amorce alors une course contre la montre : Mimie superpose les vêtements pour transpirer un maximum pendant le long footing qu'elle entreprend de faire.
Mimie se sent en forme le lendemain et c'est tant mieux puisque le premier combat s'annonce difficile face à une combattante de la Dragon Team qu'elle connait bien pour l'avoir affronté lors des stages de présélection au pôle espoir d'Aix-en-Provence.
La deuxième et dernière pesée tant redoutée s'accomplit et se solde par une très belle récompense : Mimie passe juste au poids et peut donc combattre le lendemain. Mais la pauvre a laissé des forces dans la bataille que le staff s'efforce d'atténuer du mieux qu'il peut en étirements, massages, etc...
L'épreuve est très dure sur le plan mental : en effet, consentir tant d'efforts, de privations, de souffrance aux entraînements pour finalement ne pas pouvoir combattre est quelque chose de très dur à encaisser pour une athlète sérieuse comme Emilie. 

La dernière demi-heure de footing est terrible: l'égérie de l'ASSM TKD va au bout d'elle même encouragée et soutenue par ses coachs qui n'hésitent pas à courir avec elle pour lui donner une motivation supplémentaire.
mimi-02.jpg
mimi-03.jpg
Le combat est très tactique et aucune des deux combattantes ne parvient à prendre véritablement l'avantage. A 10 secondes de la fin du 3ème round le score est toujours de 6 à 6, jusqu'au moment où son adversaire lance une attaque franche en Bandal Tchagui qui va être immédiatement sanctionnée par un somptueux et surpuissant  Mondolyo Tchagui qui ne laisse aucun doute aux arbitres.

Mimie remporte son combat sur un score final de 10 à 6.
Jour J....

A ce niveau, aucun combat n'est facile...

Le quart de finale débute dans de très mauvaises conditions : Mimie essuie 2 Dolyo Tchagui sur le premier round, ce qui permet à son adversaire de prendre le large. De plus, Mimie combat de façon un peu trop relachée alors qu'elle est menée largement...

Un comportement anormal lorsqu'on connait la mentalité de la guerrière.

Le premier round s'achève sur un score de 11 à 2 en faveur de son adversaire... et c'est entre le premier et le deuxième round en apercevant la triste mine de son pauvre coach effondré sur sa chaise que Mimie réalise que le score de 11 n'est pas le sien mais celui de son adversaire.

Elle est sous le choc !!! Comment cela a-t-il pu se produire ? Mimie confiera par la suite qu'elle avait le sentiment de marquer ses points alors que plusieurs d'entre eux ne l'étaient pas notamment au visage.

Le coach et la combattante mettent en place en 30s une stratégie visant à faire recoller au score Mimie mais la tâche s'annonce quasi-insurmontable. Insurmontable...? certainement, pour le commun des mortels...

Mais seuls les champions sont capables de prouesses telles que celle que Mimie va accomplir : elle fonce et opère une remontée vertigineuse grâce notamment à des double pit qui vont valider 2 points sur le plastron électronique.

A la fin du 2ème round, elle est toujours en retard mais l'écart s'est réduit comme peau de chagrin : 4 points séparent les deux combattantes.

Le 3ème round se déroule sous les mêmes hospices que le précédent : Emilie est obligée de faire le travail mais sa supériorité technique et sa rage de vaincre font la différence à quelques secondes de la fin : elle remporte son combat 24 à 23 en ayant tout donné comme rarement elle a eu à le faire en compétition. 
Elle doit affronter en demi-finale une combattante qui a fait forte impression lors des tours préliminaires.
Emilie a du métier et ne se laisse pas impressionner : elle prend l'avantage lors du premier round en menant 8 à 7 mais son adversaire ne lâche rien et fait preuve d'une combattivité admirable... L'engagement est terrible entre les deux combattantes qui voltigent littéralement. 


Le deuxième round est à l'image du premier : Mimie mène d'un petit point à la fin du 2ème round mais les deux combattantes donnent tout et la fatigue commence à se faire sentir. 


Le 3ème round débute et Emilie va se faire surprendre au visage, permettant ainsi à son adversaire de prendre enfin l'avantage... Tous les efforts consentis se font sentir (privations, footing, 3 combats terribles...). Malgré ses efforts et sa bonne volonté.


 Emilie ne parvient pas à revenir au score et doit s'incliner sous les acclamations du public qui s'est passionné pour ce choc des féminines -49kg mais aussi par les arbitres qui viendront féliciter les 2 combattantes pour la qualité et la beauté de leur prestation.

Retour en image sur cette épopée fantastique et un peu fantasque :
Mais ces considérations ne vont aucunement déstabiliser notre Kizul inter-galactique qui va prendre l'avantage dès le premier round et pousser son adversaire à la faute en le repoussant hors des limites de l'aire de combat grâce à ses jambes de 6 mètres de long et l'odeur de ses pieds.
leuG.jpg
Kizul affronte dès le premier combat un combattant de la Dragon Team, le club légendaire de Montpellier qui a vu naître de grands champions. A l'annonce de cette nouvelle : la légende populaire dit qu'il questionna Gérald, son coach en lui demandant s'il doit se munir d'un extincteur face à ce dragon. (???)
La fabuleuse aventure de notre Kizul se poursuit, le podium se rapproche mais le dernier obstacle qui l'en sépare s'annonce difficile à surmonter. En effet, il doit combattre le Champion de France espoir en titre, membre du pôle...

Il remportera donc son combat sur un score final de 10 à 6 grâce à un Nelyo Tchagui qui vient s'abattre sur le casque de son adversaire durant le 3ème round.
La pression est grande et l'enjeu aussi : mais l'adversaire est nettement supérieur à notre pauvre Kizul qui ne trouve pas de solution alors qu'il fait tout de même son maximum. Il est contraint de s'incliner encore une fois si proche du but.
Félicitations pour les combats accomplis, c'est du bon boulot !



podium-mimi-espoirs-2012.jpg
Féliclitations à nos 3 guerriers qui ont vraiment honoré les couleurs de Saint-Médard-en-Jalles et des félicitations particulières bien sûr à notre TRES GRANDE Mimie qui monte à nouveau sur le podium national !!! 



Bravo à toi ! Tu es la fierté du club !!!
ce site a été créé sur www.quomodo.com