LES POOMSÉS


Les Poomsés supérieurs


Au nombre de 9, ils font référence à des légendes ou des faits historiques propres à la nation coréenne.



    • Koryo - 9e Poomse

Koryo Poomserevêt une importance particulière car il se situe à la fin d’un cycle (les 8 Taegeug) et au début d’un autre. Il marque le commencement d’une nouvelle voie pour le récent ceinture noire 1er Dan. le Poomse Koryo qui introduit la série des Poomse supérieurs fait également référence à la dynastie du même nom. C’est de la dynastie Koryo que le nom « Corée » est issu. Le caractère représente la lettre chinoise, « seonbae », homme instruit, doté d’un fort esprit martial.

 

 

    • Kumgang - 10e Poomse

Le Poomse Kumgang vient confirmer l’engagement du pratiquant de Taekwondo dans sa quête de l’harmonie du corps et de l’esprit. Il introduit la dimension du sacré en se référant au Kumgang-san. Le Kumgang-san ou montagne de diamants est l’une des plus hautes montagnes de Corée du Nord (1638m). Localisée sur la côte Est de la Corée, elle est considérée par les Coréens comme le centre de l’esprit national. En effet, la légende veut que le Dieu Kumgang Yoksa ait défendu les principes du Bouddhisme avec un bâton de diamants. Le mot Kumgang signifie en coréen « trop fort pour être brisé ». A l’image du diamant (Kumgang-seok) le Mont Kumgang est le symbole de la beauté et de la dureté. Le Poomse doit donc être effectué avec force et dignité en suivant les lignes de L’idéogramme chinois signifiant la montagne.



    • Taebeck - 11e Poomse

Est l’ancien nom du Mont Paek-Du : “la montagne lumineuse”, le lieu où Dan-Gun, le fondateur légendaire de la Corée, régna sur le pays. Considéré comme le berceau du peuple coréen, elle symbolise l’âme et l’esprit de Dan-Gun. L’idéogramme chinois de cette forme représente l’union des trois éléments originels : ciel, terre et humanité.



    • Pyongwon - 12e Poomse

Signifie “Plaine”, une vaste surface de la terre étendue à l’infini. Elle symbolise la source et le lieu de vie pour toutes les créatures du monde terrestre. L’idéogramme chinois qui fait référence et les mouvements de ce poomse évoquent un homme joyeux dansant sur la plaine.



    • Sipjin - 13e Poomse

Représente le système décimal et est dérivé du principe de la longévité incarnée par les 10 figures perpétuelles: soleil, lune, montagne, eau, Pierre, arbre pin, herbe de la jeunesse éternelle, tortue, cerf et grue. L’idéogramme chinois du chiffre « Dix » lui est attitré, il évoque les 10 créatures métaphoriques de la longévité et la numérotation à l’infini du système décimal et du développement perpétuel.



    • Jitae - 14e Poomse

Représente un homme se tenant debout sur la terre et regardant le ciel. Cette posture symbolise le déroulement de la vie humaine. Selon les croyances asiatiques, toute créature vivante vient de la terre et repart à la terre. Ce Poomse symbolise des combats terrestres de l’homme qui le mèneront vers sa renaissance céleste.



    • Chonkwon - 15e Poomse

Représente le ciel tout puissant, considéré comme le régulateur souverain de l’univers et de la vie terrestre. L’idéogramme chinois de cette forme symbolise un homme descendant du ciel sur terre, conservant sa spiritualité céleste dans une enveloppe terrestre.



    • Hanso - 16e Poomse

Est la dérive du mot Eau, source de vie de toutes les créatures. Goutte à goutte se forme la vie et le filet d’eau devient l’océan…. L’idéogramme chinois « Eau » symbolise ce Poomse et les mouvements traduisent le concept de fluidité et la faculté d’adaptation.



    • Il-Yeo - 17e Poomse

Symbolise l’unité et l’harmonie. Il-Yeo évoque la doctrine de Won-Hyo, grand prêtre bouddhiste sous la dynastie Sylla. Sa philosophie est caractérisée par le concept de l’ « unité harmonieuse » de l’esprit et du corps. Telle est l’essence de tout art martial. La voie du Taekwondo est d’atteindre cette paix universelle et cette élévation spirituelle. Les mouvements de cette forme représentent l’unification et l’harmonisation spirituelle et corporelle. Le diagramme est l’emblème de la loi bouddhique, le swastika, signifiant " bienfaiteur et / ou de bonne augure ".

 

Les Poomsés


Les Poomses sont des combats codifiés, exécutés seul contre un adversaire imaginaire. « Poom » signifie « le geste, la forme » en coréen. « Se » signifie « l’apparence, l’allure ». L’exécution d’un Poomse doit donc dégager une certaine allure. Cette dernière reflètera la philosophie du Taegeug dans le cas des 8 premiers Poomse, puis la tradition et la philosophie du peuple coréen dans le cas des 9 formes supérieures.

 

Avant de débuter un Poomse, le pratiquant annonce toujours en coréen le Poomse qu’il va effectuer. Ce qui s’exécute à droite se fait également à gauche et vice-versa. A la fin de chaque Poomse, le pratiquant se retrouve à la même place qu’au départ.

 

Les Poomse demandent une grande concentration et une maîtrise de la respiration avec un sens précis du déplacement du poids du corps durant l’exécution des mouvements. La pratique permet de gagner en efficacité, précision, équilibre, ou encore en rythme, au niveau des blocages, des frappes et des postures. Il est important, « à l’image de l’arc qui se tend avant l’envoi de la flèche », d’armer chacun de ses blocages ou chacune de ses attaques. Cela permet de démultiplier la force en facilitant l’engagement de la hanche, pivot indispensable à tous les mouvements.

 

Outre la respiration, la précision du geste et le placement du corps (équilibre), il s’agit de faire vivre son Poomse, c’est à dire de faire sentir une réelle impression de combat dans l’exécution et l’efficacité des différents mouvements. Le regard doit suivre la direction des enchaînements techniques et des déplacements et doit être porteur de toute la détermination de l’exécutant. Le Poomse qui est effectué avec puissance et détermination se révèle éprouvant.

 

Effectuer un Poomse ne revient pas seulement à présenter une suite de techniques codifiées. Il faut aussi dévoiler la symbolique de ce dernier. Les Poomses ne sont pas seulement une forme de recueil encyclopédique, ils recouvrent l’essence du Taekwondo, sa symbolique.



 

Les Poomsés du Taegeug

 

Le Taegeug est la philosophie asiatique la plus ancienne. Tae signifie "la grandeur" et Geug "l’éternité". Le Taegeug n’a donc ni fin ni commencement, tout vient de lui, il renferme en lui l’essence de toutes choses. Cette philosophie orientale est basée sur les forces opposées mais cependant complémentaires (le Yin et le Yang ou Eum et Yang en coréen).

 

On retrouve le symbole de cette philosophie dans le drapeau coréen qui se nomme d’ailleurs Taegeug-ki. De cette philosophie du Taegeug est issu le concept qui renvoie aux éléments de la nature (ciel, lac, feu, tonnerre, vent, eau…).

 

Il en découle 8 voies majeures. A chacune d’entre elles correspondent des trigrammes ou Palgwe qui reprennent ces éléments naturels. Chacun des 8 Taegeug Poomse reprend les lignes des trigrammes qui représentent tous ensemble le principe de l’Univers, ainsi que tous les principes variés tels que : l’attaque / la défense, le recul / l’avancée, la rapidité / la lenteur, la souplesse / la force. L’exécution correcte d’un Taegeug Poomse doit laisser transparaître l’élément qu’il symbolise (ciel, feu, vent…).

 

"Il, Yi, Sam…" signifient respectivement "premier, deuxième, troisième…", "Jang" signifie "chapitre". Les 8 premiers Poomse permettent l’obtention du grade de ceinture noire 1er Dan ; dès lors commence l’apprentissage des Poomse supérieurs :




création de site internet avec : www.quomodo.com